À propos
Notre histoire, nos valeurs, notre passion

Fouasses,           à vos papilles

    Venez découvrir la fouée, un petit pain servi encore fumant, une vieille tradition angevine populaire, un mets d'antan... à garnir au gré de vos envies, et de votre appétit

    Fouace et fouée sont issus du latin "focus" (foyer), d'où ont été tirés les mots "focacia" puis fouace ou encore "fouasse" ou "fougasse". De forme ronde elle symbolisait le soleil, signe de vitalité, chez nos ancêtres gaulois. Du nord au sud chaque région possède ainsi sa recette de petits pains ou galettes cuits au four.

    D'origine populaire, ce genre de petit pain cuit au feu de bois est un mets vieux comme le monde. Les variantes sont d'ailleurs nombreuses, non seulement dans les régions de l'ouest de la France, mais aussi finalement un peu partout dans le monde (ex : pitas, naans).

    On dit souvent en Anjou des "fouées" ou des "fouaces".... Pourtant ce n'est pas tout à fait la même recette !

    Alors voici un petit historique de la fouée, mais aussi de la fouace pour bien faire la différence... 

    • Histoire de la Fouée

    L'histoire de la fouée est liée à celle du pain. Jadis, une fois par semaine, on se retrouvait en famille près du feu pour la veillée fouées dans le four du village, appelé aussi souvent four "banal". En attendant que le four soit assez chaud pour la cuisson du pain, on préparait avec le reste de pâte à pain de petites boules qu'on écrasait avec la paume de la main et qu'ensuite on jetait au four. Ceci essentiellement pour voir si le four était assez chaud pour y cuire le pain.
    Si la fouée brûlait, c'est que le four était trop chaud... Au contraire, si la pâte ne gonflait pas, c'est qu'il n'était pas encore à bonne température. Enfin si la fouée gonflait lentement, on pouvait enfourner le pain. Mais on ne gaspillait pas le « témoin » pour autant, on défournait rapidement les fouées, devenues de petites bulles de pain avec peu de mie, et celles-ci étaient aussitôt mangées garnies de rillettes et de mogettes (spécialité angevine de pois). Une fois le four à bonne température on enlevait les braises restantes ainsi que la cendre, et on nettoyait le four avec un ustensile long ayant au bout un chiffon humide et on enfournait le pain.
    Jusqu'en 1939, les boulangers fabriquaient des fouées dans le Saumurois pour des clients ouvriers qui passaient le matin à heures fixes. Ceux-ci allaient ensuite les tartiner de beurre ou de rillettes dans un café proche, en guise de casse-croûte du matin. Dans les vignes pendant la période de taille des vignes en hiver les ouvriers emmenaient souvent quelques fouées ainsi qu'un peu de lard à faire réchauffer sur la braise (à l'époque on brûlait souvent les branches coupées dans une sorte de foyer mobile)

    Après la dernière guerre et avec la multiplication des boulangeries, souvent plus modernes, la tradition s'est peu à peu perdue...

    Aujourd'hui, la fouée est un témoignage des traditions culinaires de notre passé, essentiellement de la région angevine, à qui la gastronomie rend hommage. Depuis une vingtaine d'années, on assiste à une véritable renaissance des fouées que l'on retrouve pour les fêtes de familles, entre amis ou sur les manifestations locales. Les repas de fouées sont par ailleurs souvent appréciés pour la simplicité et surtout la convivialité !

    Parlant de traditions populaires, il serait intéressant de se demander si il n'y a pas un lien quelconque avec la "Fouée de la Saint Jean", le mot fouée désignant ici le feu en vieux français. Par ailleurs dans certains coins reculés de l'Anjou le mot "fouée" désignerait le fagot de bois qui servait à allumer le four.

    A méditer et à fouiner pour peut être avoir une réponse ?

  • Histoire de la Fouace

La Fouace est un petit pain brioché, une tradition ancestrale et populaire des régions rurales de l'ouest de la France dont les variantes sont nombreuses notamment en Touraine, Vendée, Poitou, Loire-atlantique (Nantes) et jusque dans l'île de Jersey !

Rabelais rends par ailleurs hommage à la fouace dans son roman Gargantua ou la Guerre Picrocholine se déroule sur fonds de paniers de fouaces subtilisés... 
« Faictes de fine fleur de froment délayée avec beaux moyeux d'oeufs et de beurre, safran, épices et eau » Rabelais fait référence à la fouace de Touraine (et plus précisément de Lerné), qui lui rends bien cet hommage en les nommants souvent Les délices de Rabelais.

On retrouve la fouace en Loire Atlantique, appelée la Fouace Nantaise. Un petit pain brioché en forme d'étoile que l'on cuit traditionnellement à la période des vendanges.

Vous avez également la fouace aveyronnaise, la fouace vendéenne, la fouace de caen, et bien d'autres recettes de fouace.

Sans parler de la fougasse bien sûr...